Plus

Cet élitisme néfaste pour la recherche en économie

De nombreuses mesures établissent que la recherche en économie est extrêmement hiérarchisée. Le National Bureau of Economic Research (NBER) en constitue une illustration emblématique.

Mon objectif avec L’Économiste Sceptique est de présenter la science économique sans sophismes ni caricatures, contrairement à ceux que l’on entend trop souvent dans les médias. Mais je ne veux pas non plus faire l’impasse sur ses problèmes. Il ne s’agit pas de “promouvoir” la science économique, il s’agit d’en faire la retranscription qui me semble la plus fidèle et la plus raisonnable possible.

L’un des problèmes de la science économique, surtout aux États-Unis mais qui ruissèle sur le reste du monde compte tenu de la domination américaine sur la discipline, est un élitisme à mon sens démesuré. C’est de cet élitisme dont je vais parler aujourd’hui.

Pourquoi les États-Unis ?

Pourquoi s’intéresser à la manière dont fonctionne la science économique américaine ? Pour une raison très simple : parce que la recherche américaine domine le champ. Il suffit de regarder les affiliations académiques des lauréats du Prix Nobel pour s’en convaincre : les États-Unis y sont surreprésentés1. Quoi qu’on en pense, la manière dont fonctionne la science économique américaine va donc influencer la science économique elle-même.

L’une des caractéristiques de la science économique américaine est son élitisme marqué : quelques institutions considérées comme très prestigieuses comme Harvard, le MIT ou Berkeley dominent le champ. Et il ne s’agit pas là de mon opinion personnelle : il y a des recherches à ce sujet, je les aborderai dans de prochains articles2.

L’une des illustrations de cet élitisme est le fonctionnement du National Bureau of Economic Research – NBER. Le NBER est un prestigieux réseau scientifique d’économistes, situé aux États-Unis. Il faut être professeur dans une université américaine pour y être membre.

Faire partie, ou non, du NBER est un enjeu crucial pour faire connaître ses travaux de recherche, en particulier grâce à sa série très suivie de working papers3. Le problème, c’est que l’un des moyens les plus efficaces pour devenir membre du NBER est d’avoir… un réseau de collègues déjà membres du NBER !

Pour lire la suite de cet article, il vous faut un abonnement Plus. Si vous en avez déjà un, vous pouvez vous connecter.

Fixez vous-même votre prix !
Le prix recommandé est de 10€/mois ou 100€/an

À partir de 5€/mois ou 50€/an

Plus vous donne accès à un article supplémentaire chaque mardi, vous permet de m’aider à pérenniser L’Économiste Sceptique et vous permet de participer à un Happy Hour virtuel une fois par mois avec moi et les autres abonné.e.s Plus.

Vous pouvez vous abonner gratuitement par email pour recevoir mes prochains articles gratuits dès leur publication.


L’Économiste Sceptique est la newsletter d’un économiste à l’intersection de la science économique, du scepticisme scientifique et du data journalism.

Comprendre l’économie, la société et la transition écologique grâce à la méthode scientifique

  1. Je ne veux pas de discussion sur le fait qu’il ne s’agisse pas d’un “vrai” Prix Nobel. Oui, mais ça ne change rien au fait qu’il s’agisse du prix le plus prestigieux dans la discipline. ↩︎
  2. Cet élitisme existe aussi en Europe, mais je le trouve nettement moins fort. ↩︎
  3. Pour rappel, un working paper n’est généralement pas revu par les pairs. Ce qui n’est pas sans conséquences. ↩︎
Cet article fait partie de la série thématique :
Posted by
Olivier Simard-Casanova

Bientôt docteur en science économique, je suis l'auteur et le fondateur de L'Économiste Sceptique

Ne manquez pas les prochains articles !
⭐️ Je m'abonne gratuitement