3 min. de lectureUne (rapide) analyse de l’indemnité inflation de 100€

Ou pourquoi cette prime est une bien meilleure politique environnementale qu’une baisse des taxes sur l’essence

Le premier ministre Jean Castex a annoncé hier une “indemnité inflation” de 100€, qui sera versée dans les prochains mois à toute personne gagnant moins de 2000€ par mois. Cette prime a (notamment) pour but de répondre à la hausse des prix de l’énergie, hausse des prix qui réduit le pouvoir d’achat des ménages. De quoi s’agit-il, et qu’en penser exactement ?

De quoi s’agit-il ?

Cette prime de 100€ sera versée entre décembre et début 2022 à toute personne gagnant moins de 2000€ net par mois. Il n’est pas nécessaire de posséder une voiture. 38 millions de français sont éligibles, ce qui coûtera 3.8 milliards d’euros. Le paiement sera automatique, et passera par l’employeur, par l’URSSAF ou par d’autres organismes comme la CAF ou Pôle Emploi. Cet articlereprend ce que l’on sait sur ses modalités pratiques.

Le fonctionnement de cette prime ressemble aux trois stimulus checks versés par le gouvernement américain au plus fort de la pandémie : il fallait agir vite, et le plus simple était de virer directement des fonds sur les comptes bancaires des américains, plutôt que de passer par des programmes compliqués. Le montant de la prime française est toutefois inférieur – 100€ là où les stimulus checks sont montés à plusieurs milliers de dollars. Mais à la différence de l’État français, l’État providence américain est moins développé. Pour de nombreux ménages, notamment pauvres, ces milliers de dollars ont été les seuls aides reçues de l’État, alors qu’en France, les aides ont le plus souvent consisté en l’utilisation de dispositifs déjà existants.

Une prime simple

Pour commencer, les critères d’éligibilité à la prime sont simples, et le versement automatique évitera le non-recours. Ce dernier évite de construire une usine à gaz. Concrètement, cela signifie que la quasi-totalité des 3.8 milliards d’euros seront effectivement versés aux bénéficiaires de la prime.

C’est aussi de mon point de vue appréciable qu’il n’y ait pas de critères sur la manière de dépenser cet argent. Les personnes éligibles recevront 100€ et les utiliseront comme bon leur semblera. Là encore, c’est une garantie de simplicité du dispositif.

Et l’écologie ?

Reste la question de savoir si cette prime est un bon ou un mauvais dispositif pour l’écologie.

Vous devez être membre Plus pour lire la suite

Déjà membre Plus ? Connectez-vous pour lire ce numéro →

Olivier Simard-Casanova

Par Olivier Simard-Casanova

Bientôt docteur en science économique, je suis l'auteur et le fondateur de L'Économiste Sceptique